Trois projets à la loupe
Cyber Press Publishing, Hdsdigital, PressedeFrance.com, trois initiatives de kisoques numériques à comprendre et méditer.
Une brève qui parle de Numérique.
8 janvier 2008 (17:31)

Chez Cyber Presse tout se fait online, en accessibilité immédiate, soit à partir de l’adresse du magazine, soit sur monkiosque.fr( qui, pour l’instant ne propose encore que les magazines de l’éditeur). L’internaute veut un titre, il clique, le feuillette en taille réduite, peut accéder au sommaire et aux pages de pub. Si le numéro lui plaît, il l’achète (grâce à un contrat avec Allopass pour le micropaiement) ce qui lui ouvre, via un code, la consultation du numérodurant trois mois, où qu’il soit. Si l’on s’abonne pour trois numéros, on peut choisir ceux de janvier juin et septembre ; ce qui laisse plus d’autonomie que pour le papier “, explique Marc Andersen, Pdg de Cyber Press Publishing. Ce premier kiosque numérique français a ouvert le 30 juin avec une dizaine de magazines (sur les 30 du groupe). ” Au-delà de nos propres magazines, autour desquels nous développons des sites de communauté, l’idée est de devenir une sorte de maison de la presse du Net où nous accueillerons d’autres magazines, notamment internationaux “, précise M. Andersen.

Cyber Press Publishing a choisi de rendre ses magazines plus accessibles sur le net, avec un prix inférieur à celui du magazine papier. En revanche, l’internaute n’accède pas aux plus produits (poster, DVD, CD …) qui accompagnent presque toujours les publications du groupe.

Chez Hdsdigital (filiale de Hachette Distribution Services), tout se fait offline

Hdsdigital agit en marque blanche. Son kiosque numérique sera accessible sur Relay.fr et Virginmega.fr, puis ensuite au travers de différents sites d’e-commerce ou autres. Sinon , les potentialités du kiosque sont classiques : on peut visionner le sommaire du magazine avant d’acheter. Les magazines sont enrichis par du Rich Media ( une vidéo embarquée pour illustrer un essai auto, un extrait de musique sur une critique d’artiste, un fond d’écran à télécharger…) Tous les liens Internet sont interactifs et il y a possibilité de recherche textuelle. Hdsdigital propose également aux éditeurs d’intégrer ce service de téléchargement pour leurs magazines sur leurs propres sites, en complément aux offres d’abonnement papier qu’ils proposent déjà.

Le kiosque annonce des formules innovantes d’abonnement avec un engagement de 6 mois ou un an comme dans le Papier, mais une formule d’abonnement à durée libre, par débit sur carte bancaire, et résiliable à tout moment. Plus novateur : notre Forfait Liberté : pour 9,90 € par mois, résiliable à tout moment, vous choisissez chaque mois 4 magazines de votre choix à télécharger. Nous amenons la presse dans des modes de consommation, similaires au Bouquet TPS, à la carte ciné UGC…

Pressedefrance.com cumule les deux possibilités : offline ou online au choix de l’internaute. (…) Pour Pressedefrance.com, enrichir son offre d’un kiosque numérique est l’aboutisssement logique d’une démarche initiée en 1996. Car, depuis cette date, en s’appuyant sur son magasin de détaillant de presse, Eric Prévost rentre tous les jours sur son site la totalité de la presse française vendue en kiosque, soit quelques 4200 titres, achetables au numéro ou par abonnement (traditionnel ou libre). Résultat : Pressedefrance.com se trouve dans la position d’un marchand de journaux qui a la prétention de recevoir toute la presse tous les matins “, explique E. Prévost. Chaque jour, chaque nouveau numéro est lu au code barre et pesé, afin que soit calculés instantanément les coûts postaux pour toute commande de magazine à partir du site. Annonçant 1 M de pages vues par mois, celui-ci compte plus de 3000 visiteurs/jour. Il dispose également d’une section pour les professionnels, permettant de retrouver de l’information par mot clé à partir des unes (3 ans d’historique) et des ours des magazines. Eric Prévost va essayer de convaincre en priorité les petits éditeurs. ” Il y a 33.000 titres existant en France dont 12 à 14.000 bénéficient de la commission paritaire “, rappelle-t-il. Il leur propose de mettre en ligne leur PDF (donc, pas de droits d’auteur supplémentaires) , avec l’une des technologies permettant de tourner les pages comme dans un livre, de faire des zooms, de classer dans une bibliothèque … Voire d’enrichir l’édition numérique, avec des liens et du reach média.

Pour séduire ces éditeurs , Eric Prévost table à la fois : sur sa capacité à exporter vers l’éditeur ou n’importe quel autre endroit (ministère, bibliothèque …) la technologie mise en place, sur ses bases de données et sa base de clients fidélisés de plus de 100.000 adresses d’internautes et sur son expérience en matière d’envoi des magazines.