Etude Print+Web #3 - "La réinvention magazine"
logopwmini
Un an jour pour jour après le 2e volet de son étude Print+Web, le SEPM Marketing et Publicité reprend la parole après avoir interrogé son méga-panel (plus de 8700 interviews). Cette année le SEPM M&P a choisi de faire vivre « La Réinvention Magazine »
Une brève qui parle de Débat, Consommateur & Audience.
28 octobre 2013 (12:32)

Le 16 octobre, Aurore Domont co-Présidente de la Commission Efficacité du SEPM Marketing et Publicité, a présenté les résultats du 3e volet de l’étude Print+Web.

Cette présentation a été suivie d’une table ronde :

Aurore Domont/SEPM M&P, Julien Guiraud/Aegis media, Christophe Dané/OmnicomMediaGroup, Sylvain Gimenez/Mediabrands et Tanguy Demange/La Correspondance de la Presse.

# 3 - LA RÉINVENTION MAGAZINE

1/ Plutôt que d’additionner les contacts, les éditeurs de presse magazine ont su pousser des logiques d’écriture par device, (incluant la vidéo), d’animation de leurs communautés de lecteurs, recréant de nouveaux contrats de lectures

Le succès est au rendez vous. L’audience des marques magazine est à un niveau historique sur tous les devices, activant le sentiment de liberté (78%) du lecteur et de complémentarité des langages (65%). L’atawad des marques magazines étant vécu positivement par plus de 80% des e-lecteurs.

Voir la vidéo

ou feuilleter le storyboard

2/ Au final, les marques magazines sont des marques totalement pluri médias dont le SEPM est allé chercher la force device par device :

  • Lecture print et pdf s’expriment parallèlement dans des notions de plaisir ou d‘esthétique, de pratique et de partage.
  • La connexion à un site de marques médias se caractérise par un « mode recherche » (contenus inédits 74%, actu 77%,…), en toute confiance (> 2/3 des lecteurs)
  • L’abonnement à une alerte ou à une newsletter (66%), l’ouverture systématique par un lecteur sur deux traduit le dynamisme de ce nouveau lien permanent entre un lecteur et sa marque magazine de référence.
  • Les applis sont peut être l’expression la plus novatrice (70%) des marques de presse : faciles d’accès (89%), elles ouvrent à de nouveaux univers (servicing : 78% ) au delà de l’information  pour en aborder tous les bénéfices  des contenus.
  • Enfin, les réseaux sociaux créent les instruments d’une nouvelle conversation entre lecteurs et avec les journalistes. Cette lecture revisitée permettant de diffuser (59%), de commenter (56%), de répondre (53%), de recommander (60%), de partager (70 %)…

Les marques magazines s’affirment comme un acteur de plus en plus fort du lien social.

Voir la vidéo

ou feuilleter le storyboard

3/ L’efficacité des marques magazines est à l’honneur de cette saison #3 de l’étude Print+Web

Le SEPM a voulu confirmer sur le mégapanel, le résultat d’études  internationales, à savoir :

  • la meilleure acceptation publicitaire des magazines (53%) et la plus grande confiance (64%) dans la publicité devant tous les autres médias de contenus.
  • L’efficacité de la publicité magazine devant les autres médias sur deux éléments  clés du processus d’achat : l’envie de consommer (59% devant la TV 38%) et la préférence de marques (55% devant le web 38%)
  • Le call to action qui au delà des éléments reconnus de modification de l’image  de marque va jusqu’au point de vente pour l’essai (52 %) ou pour l’achat (53 %).
  • Le drive to brand site où l’écrit des marques magazines fait merveille pour amener le e-lecteur sur les sites des marques dont la presse parle en rédactionnel comme en publicité : 1er média pour le food (57%) comme pour le luxe (46 %) loin devant les médias concurrents.

Enfin le print+print.fr montre la capacité des marques de presse à agir à tous niveaux pour accroitre les valeurs de la marque annonceur, la fluidité du message et enfin (surtout), sa capacité à influer sur l’acte d’achat en circuit de distribution off line ou comme on line pour un lecteur sur deux.

Voir la vidéoou feuilleter le storyboard

Vidéos réalisées par

Les résultats détaillés, sur l’ensemble des e-lecteurs ou sur les 4 segments de presse étudiés (presse actu/news, féminine, automobile ou people,…) sont disponibles auprès des départements études des régies du SEPM.

Les régies qui ont contribuées à cette étude :

Consulter l’étude Print+Web #2

En 2012, l’étude a souligné le rôle complémentaire du print et du digital sur 4 segments de presse (news, féminins, auto,  people) : quand l’écrit ancre l’information ( requalification  de la source, perspective, …), le digital  active la relation lecteur et l’ouvre à de nouvelles conversations sur l’éditorial comme sur les marques annonceurs : brand to brand très dynamique,  call to action très puissant jusqu’au point de vente…

Consulter l’étude Print+Web #1

La première étude 2011 avait mis l’accent sur le transfert de valeurs entre une marque de presse et son expression numérique (à plus de 95%), mettant en confiance le lecteur dans sa recherche d’information on line. Un écrin que le modèle publicitaire Print+Web transformait à tous les stades du processus d’achat. Un e-lecteur sur deux affirmant se sentir ainsi mieux informé par une stratégie Print+Web pour réussir son achat.